Accéder au contenu principal

Articles

Affichage des articles du juillet, 2017

Deux filles en chaussettes blanches, photopoème extrait de "Ma mère en automne"

Deux filles en chaussettes blanches
Première photographie Septembre 69 Chaussettes blanches Jusqu'aux genoux
Robes courtes et cintrées A fleurs ou à carreaux Cheveux lâchés Lunettes posées sur la tête
Pieds écartés Mains tenant le foulard Souple, décontractée Heureuse, tu souris
Deuxième photographie Cheveux tirés en arrière Jambes serrées Bras le long du corps
Une main crispée L'autre enfouie dans l'arbuste Air exaspéré Comme cette photo vingt ans plus tard
Devant les dahlias dans le jardin Ce même air des mauvais jours

Au sommaire du numéro 2 de la revue La Piscine

Au sommaire du numéro 2 de la Revue graphique et littéraire La Piscine à paraître à la rentrée. 
Pour ceux qui ne connaîtraient pas encore cette très belle revue, voici la présentation de leur site :
Née en été entre cyprès et amitié, La Piscine est une revue graphique et littéraire en diptyque et tête-bêche. Deux côtés, une face A et une face B à retourner comme nos beaux vieux disques vinyles. Se retourner : c’est ce que l’équipe des maitres-nageurs de La Piscine vous propose. Se retourner et se retrouver au fond des eaux comme à la surface grâce à la littérature et aux arts graphiques qui nous et vous plaisent. Nous : ce sont quatre personnes autour d’un projet simple et ambitieux. Diffuser la création contemporaine dans une publication épurée mais riche, simple mais intelligente, belle mais exigeante et qui se veut aussi légère que profonde comme un après-midi d’échanges entre amis au bord de l’eau. Nous sommes quatre, Louise, Philippe, Christophe, et Alain, à vouloir vous…

Un poème dans la revue Cairns

Un de mes poèmes sera publié dans le numéro 21 de la revue Cairns, à paraître en septembre sur le thème de l'étranger, l'autre et l'ailleurs. 
Merci à Patrick Joquel de m'accueillir entre ses pages. 
Cairns est une revue qui paraît en début d’année scolaire et en janvier. Une de ses ambitions est de permettre au poème d’entrer dans les classes (maternelle, primaire, collège…) ; d’y être présent ! Simplement. Des poèmes inédits ou non. Des poètes contemporains. Un outil de langue, un outil de formation à la poésie, de découverte ! (nos abonnés sont principalement des enseignants ou des écoles). Cairns (ISSN : 1959-2523) est éditée par  les éditions de la Pointe Sarène,
5 traverse de l’orée du bois
06370 Mouans-Sartoux
et
les éditions Gros Textes,
Fontfourane, 05380 Châteauroux les Alpes. 
Abonnement pour deux numéros 14 €. (au numéro : 8€)
Abonnement de soutien libre…

Où se procurer "Ma mère en automne" ?

Il existe 3 moyens d'acheter mon livre "Ma mère en automne": 

Soit par chèque (8 euros + 1 euros de port, port gratuit à partir de deux exemplaires) auprès de l'éditeur à cette adresse :
Gros Textes
Fontfourane
05380 Châteauroux-les-Alpes 

Soit à la Librairie Olympique, au quartier des Chartrons à Bordeaux.

Soit auprès de moi (j'ai quelques exemplaires que je peux vous envoyer, avec dédicace si vous le souhaitez) : me contacter par mail (mariannedesroziers@yahoo.fr) pour plus de précisions.

La mini-jupe jaune, photopoème extrait de "Ma mère en automne"

La mini-jupe jaune
Tu marches en lisière Sur le fil comme toujours Craquement des noisettes A chacun de tes pas
De l'autre côté du chemin, La musique du vent Le maïs danse sa chorégraphie Dans ta tête c'est Hiroshima
Tu ne laisses rien voir sur la photo Juste tes années 60 Mini-jupe Mary Quant Bottes Brigitte Bardot


Plus d'informations sur le livre "Ma mère en automne" et commandes sur le blog des  éditions Gros Textes ici.

Le Grimoire du Faune, recueil numérique

Le recueil numérique Grimoire du Faune sur le thème de la résurrection auquel j'ai participé est téléchargeable gratuitement là.

Liberté années 50, photopoème extrait de "Ma mère en automne"

Liberté Années 50
Enfance effrontée Garçon manqué Faim au ventre Regard noir Genoux écorchés
Sans peur Tu montais aux arbres En quête d'aventures Enfance passée Jeunesse dans la foulée
Ton destin n'était pas De devenir vieille dame A l'aube d'un millénaire, Sur la pointe des pieds Tu t'es retirée