Accéder au contenu principal

Articles

Affichage des articles du mars, 2014

Soirée de lancement de "L'enfance crue" à Mézin, 8 mars 2014

Quelques photos souvenirs de la soirée autour de "L'enfance crue" qui a eu lieu hier, le 8 mars, à Mézin.  Merci à William Mathieu pour les photos (et tout le reste), au public attentif et intéressé par le livre et qui a su apprécier ma cuisine, aux amies de l'association Des Livres et Nous qui ont complété le buffet et aidé à l'installation, et à Pascale Goze, mon éditrice (qui était avec moi par la pensée) : 

























Critique de L'enfance crue par Jean-Louis Le Breton

Critique de "L'enfance crue" parue dans le magazine "Le canard gascon" numéro 55 et signée par le journaliste Jean-Louis Le Breton : 

"Ce minuscule conte de Marianne Desroziers (26 pages seulement)  n'est pas sans rappeler celui de Lewis Carroll : Alice au pays des merveilles. Ici, l'héroïne se nomme Ligie (comme la sirène de la mythologie qui pousse un cri perçant). Élève surdouée mais inadaptée au monde réel, elle se réfugie dans ses rêves... jusqu'à s'y faire totalement absorber ! Marianne Desroziers, qui vit à Mézin, dans le Lot- et-Garonne, a déjà contribué à plusieurs revues littéraires sous forme d'articles ou de nouvelles. Son style, inspiré de la littérature fantastique d'un Jorge Luis Borges, devrait bientôt  s'épanouir dans le roman. C'est, en tout cas, notre souhait..."

Zinzoline s'expose : 1 et 2 mars 2014, Blaye

Zinzoline, c'est une "revue incertaine d'art et de littérature" dirigée par Alain Cotten. La revue est gratuite et se lit en ligne ici.
J'ai contribué au numéro 5 de cette revue très intéressante, libre et un brin foutraque et le week-end dernier j'ai participé à Blaye (en Gironde) à "Zinzoline s'expose"(organisé par Alain Cotten et Jocelyne Hermilly). 
Pendant deux jours, le couvent des Minimes, un très beau lieu, était investi par des plasticiens, musiciens, écrivains. De quoi faire de très belles rencontres dans une ambiance chaleureuse. Le public était nombreux, que ce soit pour voir les oeuvres présentées ou pour assister aux lectures. 
Pour ma part, j'ai lu mes textes devant de nombreuses personnes le dimanche à 16 heures. Un moment très fort, notamment quand Henri Plandé, musicien (au sein du groupe Les Bombyx du cuvier), auteur, plasticien m'a accompagné à la guitare et l'accordéon pour deux extraits de mes nouvelles. 
Parmi les …