Accéder au contenu principal

Articles

Affichage des articles du décembre, 2013

Deux nouvelles dans la revue Métèque

La revue Métèque c'est le projet d'un homme, Jean-François Dalle qui souhaite utiliser Internet et en particulier Facebook comme espace de liberté de création permettant d'explorer les marges. Il a ouvert un compte Fb de Métèque où chacun pouvait poster ce qu'il voulait (textes, images, etc.), avec en tête l'image du métèque mais aussi du Far West. Il a publié ce qu'il jugeait le meilleur sur le blog de Métèque et aujourd'hui cela donne lieu au numéro 0 de la revue Métèque papier. 
J'ai donc le grand plaisir d'être doublement au sommaire de ce numéro sur le thème de la ville, d'abord avec "Une nouvelle peau pour" (parue précédemment sous le titre "Exuvie") puis avec une nouvelle inédite écrite spécialement pour le thème de la revue "24 heures dans la ville d'une femme".
La revue est superbe (beau papier, belle impression), autant graphique que littéraire. S'y côtoient Marlène Tissot, Patrick Aspe, Christophe E…

Une nouvelle au sommaire de "Cohues"

"Cohues" est une revue de littérature alternative dont le numéro 13 (déjà !) vient de sortir. 
Dans ce numéro, vous pourrez lire ma nouvelle "Pilou est mort", un pastiche des romans de Marie Darrieussecq, précédemment publié sur le site Pastiches.net.
Merci à la Cohusion de m'accueillir parmi eux avec ce texte à l'humour un brin potache... mais, je vous l'assure, très documenté !
Vous pouvez lire le dernier numéro de Cohues ainsi que les anciens ici.

"Littérature sauvage ?" de Cécile Benoist

Ce mois-ci, j'ai le plaisir de participer aux Vases Communicants avec Cécile Benoist. Pour cet échange croisé de textes, inspirée par le titre de son blog (Littérature sauvage) et parce que j'aime beaucoup ce mot, je lui ai proposé  la sauvagerie comme point de départ. Elle a accepté. Voici son texte.
Littérature sauvage ? par Cécile Benoist
Elle faisait de la littérature sauvage. Mais ça voulait dire quoi ?
De la littérature qui sort des tripes, de la littérature qui vient toute seule ? De l’écriture automatique, de l’écriture intuitive ? De la littérature irréfléchie, c’est encore de la littérature ? La littérature, ça se réfléchit ? Ça réfléchit ? Ça fait reflète quoi ? L’intérieur de l’auteure, le monde qui gravite autour d’elle, la société pour le meilleur et pour le pire, la nature et la sauvagerie, les questions existentielles, la légèreté de la vie, l’absurdité des choses, la profondeur des êtres ?
La littérature sauvage, c’est celle qui surgit ici et là, hier et maintenan…